INCa - Institut National Du Cancer

Affichage des contenus liés à "INCa - Institut National Du Cancer"

  • "Une année porteuse d'espoirs" : l'Institut national du cancer publie son rapport d'activité

    Cette nouvelle édition s’articule en 5 chapitres qui balayent l’ensemble des actions de l’Institut et les faits marquants dans le domaine de la cancérologie qui ont émaillé 2018, avant d’ouvrir sur les perspectives choisies pour l’année 2019. Avec cette édition, l’Institut franchit une nouvelle étape en empruntant le chemin de la réalité augmentée. La lecture de ce rapport s’enrichit ainsi de témoignages, interviews, animations à découvrir au fil des pages et à visionner directement depuis son smartphone ou sa tablette. Au sommaire : Enrichir et partager les données et les expertises Prévenir, dépister, garantir la qualité des soins et l’accompagnement des personnes Stimuler la recherche et l’innovation Piloter, coordonner et animer 2019, une année charnière Consulter le Rapport d'activité

  • Incidence et mortalité des cancers en France métropolitaine entre 1990 et 2018 : de nouveaux indicateurs qui renforcent la connaissance des typologies de cancers

    Pour la première fois, 74 types et sous-types de cancers et des tendances par âge ont été étudiés. Le rapport « Estimations nationales de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine entre 1990 et 2018 » offre une finesse d’interprétation venant renforcer considérablement la connaissance épidémiologique de ces pathologies. Fruit du partenariat entre Santé publique France, l’Institut national du cancer, le réseau des registres des cancers Francim et le service de Biostatistique-Bioinformatique des Hospices Civils de Lyon, il est actualisé tous les 5 ans et représente une étape essentielle dans la surveillance et l’observation épidémiologiques des cancers. Les informations de cette nouvelle édition contribuent à apprécier les actions préventives et curatives recommandées par les Plans cancer et constituent un point d’appui pour l’élaboration de la future stratégie décennale de lutte contre la maladie. Consulter le rapport

  • Rapport technique INCA - Évaluation médico-économique du dépistage du cancer colorectal

    Cette étude a pour objectif d’évaluer les stratégies possibles de dépistage du cancer colorectal (stratégie unimodale ou multimodale), en matière de performance diagnostique, d’efficacité, d’efficience et d‘impact sur les inégalités de recours au dépistage, et en fonction du risque relatif de cancer colorectal. Consulter le rapport et ses annexes

  • Synthèse INCA - Bénéfices attendus de l’augmentation de la couverture vaccinale contre les HPV en France

    L’Institut national du cancer (INCa) a souhaité quantifier l’impact attendu de la vaccination contre les HPV pour les cohortes de jeunes filles vaccinées avec le vaccin nonavalent commercialisé depuis 2018 (Gardasil®9) et dans le contexte de la mise en place du dépistage organisé (DO) du cancer du col de l’utérus. Ce travail propose donc une modélisation des impacts attendus, et plus particulièrement de l’augmentation de la couverture vaccinale en France, en matière de santé mais aussi de coûts qui lui seraient associés. Consulter le rapport

  • La structuration de l'offre de soins en cancérologie

    La lutte contre le cancer s'est structurée en France dès 2003 autour de plans nationaux, visant à mobiliser les acteurs de santé publique autour de la prévention, du dépistage, des soins, de la recherche et de l'accompagnement du patient et de ses proches. 3 Plan Cancer ont été lancés entre 2003 et 2019. Le 1er Plan Cancer a permis d’organiser la coordination des acteurs à l’échelle territoriale. Ainsi, la circulaire de 2005 a précisé l’organisation de l’offre de soins en cancérologie et définit : Les principes d’une prise en charge de qualité L’organisation de l’offre de soins à l’échelle régionale   Le dispositif des autorisations pour les établissements de santé Source : Institut National du Cancer L'offre de soins en cancérologie est structurée, en France, par le dispositif des autorisations. Les établissements de santé doivent, en effet, depuis fin 2009, disposer d'une autorisation spécifique délivrée par leur agence régionale de santé pour traiter les malades atteints de cancer. Ce dispositif vise à assurer à toutes les personnes malades une prise en charge de qualité sur l'ensemble du territoire.  En savoir + sur le dispositif des autorisations L'Institut national du cancer (INCa) met à votre disposition une carte interactive vous permettant de consulter la liste des établissements de santé qui traitent le cancer. La carte de l’offre de soins en cancérologie en France est éditée par l'Institut national du cancer d’après les données transmises par les Agences régionales de santé (ARS). Elle permet d’accéder en quelques clics aux 928 établissements autorisés à traiter les personnes atteintes d’un cancer.  Consulter la liste des établissements autorisés   Les dispositifs de prise en charge spécifique Des dispositifs de prise en charge spécifique ont, par ailleurs, été mis en place afin de répondre de façon optimale aux besoins des personnes atteintes de cancers rares ou porteuses de prédispositions génétiques ainsi qu'aux besoins des personnes âgées et des enfants et adolescents atteints de cancer.  En savoir + sur la prise en charge de cancers rares  En savoir + sur l'oncogénétique et les plateformes de génétique moléculaire  En savoir + sur la cancérologie pédiatrique  En savoir + sur l'oncogériatrie   Les réseaux régionaux Au niveau régional, la structuration de l'offre de soins s'appuie sur un maillage de réseaux régionaux de cancérologie, dont l'une des premières missions est de développer du lien entre les acteurs de santé en décloisonnant leurs pratiques et en favorisant l'amélioration de ces dernières. Les missions des RRC ont été précisées dans une circulaire et s’inscrivent dans les objectifs des 3 Plans Cancer. Missions des réseaux régionaux : Promotion et amélioration de la qualité des soins (recommandations et référentiels) Promotion d’outils de communication communs (DCC, système de visioconférence pour les RCP) Information des professionnels de santé, des patients et de leurs proches Aide à la formation continue des professionnels Recueil de données relatives à l’activité de soins cancérologiques et évaluation des pratiques en cancérologie En savoir + sur le Réseau Régional de Cancérologie d'Occitanie : Onco-Occitanie En savoir + sur les Réseaux Régionaux de Cancérologie

  • Participer à un essai clinique en cancérologie  

    Spécialités

    Hématologie Recherche clinique
    Références

    Information patient
  • Le choix du traitement

    Traiter un cancer consiste à éliminer la tumeur et à supprimer les cellules  cancéreuses. Les traitements du cancer ont pour but de : guérir le patient réduire le risque de récidive augmenter la durée de vie améliorer la qualité de vie Ces objectifs varient selon le type de cancer et son stade d’évolution. Quels sont les différents types de traitement ? Source : Institut National du Cancer La médecine dispose d’un large éventail de solutions pour traiter les cancers. Les traitements du cancer sont divers et peuvent être utilisés seuls ou associés entre eux. Suivant leur mode d’action on peut les diviser en 2 catégories : Les traitements locaux  agissent localement sur les cellules cancéreuses de l’organe atteint ou dans les ganglions. La chirurgie – Plus d’information sur le site de l’INCa   La radiothérapie – Plus d’information sur le site de l’INCa Les traitements médicamenteux agissent par voie générale (sauf exception), c’est-à-dire qu’ils agissent sur les cellules cancéreuses dans l’ensemble du corps La chimiothérapie - Plus d’information sur le site de l’INCa L’hormonothérapie - Plus d’information sur le site de l’INCa L’immunothérapie - Plus d’information sur le site de l’INCa Les thérapies ciblées - Plus d’information sur le site de l’INCa   Comment le traitement est-il défini ? Le choix des traitements est défini en concertation avec le patient sur la base de l’avis rendu par des professionnels lors d’une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP). Un Programme Personnalisé de Soins (PPS) est ensuite remis au patient. Pour un patient donné, de nombreux paramètres sont à considérer pour définir le traitement le mieux adapté. Ces paramètres sont d’ordre médicaux (type de cancer, stade d’évolution, organe atteint…) et individuels (âge, état général, antécédents médicaux, contraintes socioprofessionnelles…). Par ailleurs, la prise en charge d’un patient atteint d’un cancer nécessite l’intervention de professionnels de santé de disciplines différentes. C’est pourquoi afin de proposer le meilleur traitement, le dossier de chaque patient est systématiquement présenté devant une équipe médicale pluridisciplinaire qui réunit au moins 3 spécialistes de la pathologie cancéreuse en question (le plus souvent il s’agit d’un chirurgien, d’un pathologiste, d’un oncologue ou hématologue et d’un radiothérapeute). Un avis est émis à l’issue de la Réunion de Concertation Pluridisciplinaire et se base : sur les référentiels régionaux de pratique si le cas présenté relève d’un traitement standard sur une concertation entre les différents spécialistes lorsque plusieurs options thérapeutiques sont envisageables Cet avis est enregistré dans le Dossier Communicant de Cancérologie et sera expliqué au patient lors d’une consultation dédiée qui fait partie du dispositif d’annonce.   Qu'est-ce que le Programme Personnalisé de Soins ? Le programme de traitement issu de la réunion de concertation pluridisciplinaire est expliqué au patient lors d’une consultation prévue dans le cadre du dispositif d’annonce. Le patient peut accepter, discuter, refuser ce programme ou demander un deuxième avis. Après discussion sur les désirs et les éventuelles contraintes du patient, la décision thérapeutique est formalisée sous forme d’un Programme Personnalisé de Soins. Le Programme Personnalisé de Soins (PPS) décrit, outre la décision de traitement, la chaîne de soins qui se met en place autour du patient. Il n’est ni définitif, ni irrévocable. C’est un plan général qui donne au patient des indications sur son traitement : il peut être modifié à tout moment selon la manière dont le patient réagit aux différents traitements et selon l’évolution de la maladie. Plus d'informations sur les choix de traitements sur le site de l'INCA

  • Outil de dépistage de la fragilité des personnes âgées prises en charge pour un cancer  

    Spécialités

    Oncogériatrie
    Références

    Outils pour la pratique